17
avril - 2014
Jeudi

Djibouti77

La voix du peuple

L’espoir d’une alternance démocratique

Posted by Bilawal Guedid On janvier - 23 - 2013

Chaque année apporte ses lots de bonnes et de mauvaises nouvelles. En ce début de l’année 2013 , la probabilité d’une alternance démocratique se précise. Le 16 janvier dernier, l’ensemble des partis de l’opposition a rompu avec leur mutisme, en publiant un communiqué comportant trois annonces d’une importance capitale :

- la fin du boycott et leurs participations aux élections législatives,

-  la création d’une grande coalition dénommée l’Union pour le Salut National,

- et enfin la mise en place d’une commission technique en charge d’élaborer une charte d’alliance définissant les modalités de concertation et de fonctionnement de cette nouvelle entité.

Cette nouvelle instance enterre toutes les unions antérieures. Elle forme le regroupement le plus important des partis politiques eu égard au nombre des signataires et abstraction faite des contentieux portant sur la reconnaissance administrative de certains d’entre eux. Mais cette dernière remarque ne porte pas atteinte à l’existence légale de l’USN qui regroupe au moins deux partis légalement constitués aux yeux de l’administration. La participation de l’USN aux législatives du 22 février prochain met un terme à une dizaine d’années d’abstention. La dernière compétition électorale du bloc de l’opposition remonte aux élections législatives de 2003 qu’il avait perdu de peu avec un score à Djibouti ville de 46% contre 54% en faveur de l’UMP. L’opposition avait à l’époque dénoncé des anomalies. Elle se retirait en conditionnant sa participation à l’adoption des mesures de transparence. Depuis beaucoup d’eau a coulé sous le pont et l’environnement a changé. Il y’a eu des progrès dans la gestion des élections et le capital de sympathie de l’UMP s’est érodé. Ainsi une refonte complète des listes électorales a été réalisée et la pratique de la liste électorale unique dans l’ensemble des bureaux de vote des  régions a été abandonnée. Sur le plan politique l’UMP a enregistré une sévère défaite électorale en 2012, face à une liste qui n’avait qu’un mois d’existence. En outre, le taux d’abstention est resté constant à 60% durant toutes les élections de la décennie. Des éléments qui ont pesé dans le choix de l’opposition mais  certains membres de la famille avaient aussi des motivations supplémentaires. Les vieux partis favorables au maintien du boycott cèdent  face à l’intransigeance d’une opinion qui ne croit plus en l’efficacité d’un tel procédé. Mais ils ont  surtout agi pour contrer la menace de nouvelles formations politiques croyant en leurs bonnes étoiles. Peu importent les péripéties qui ont entouré la création ; l’union de l’opposition née au forceps demeure aujourd’hui une réalité. La charte qui va sceller cette coalition devra convaincre de l’aptitude de cette entité à constituer une majorité parlementaire à la mesure des défis qui hantent le pays.

Mais la parution du communiqué du 16 janvier, qui reste l’acte de naissance du regroupement de l’opposition, a déconcerté un UMP mal en point et pariant seulement sur une victoire facile au forfait.  L’UMP affiche des fébrilités inhabituelles risquant de compromettre le déroulement régulier du scrutin. Le communiqué fait mention des chicaneries que les ministères de l’intérieur et de la justice opposent dans la délivrance des pièces administratives requises pour la candidature à la députation ( acte de naissance, certificat de résidence et casier judiciaire). Le communiqué dénonce par ailleurs l’absence de la distribution des cartes d’électeurs . Les enregistrements post électoraux de 2012  font exception et donnent lieu seulement à l’établissement des cartes électorales. Le ministère de l’intérieur a ordonné la réutilisation des cartes distribuées l’année dernière lors des élections locales. Il s’agit d’une première à Djibouti, car jusque là, la règle a été des cartes différentes pour chaque élection. Cette nouvelle mesure fait peser sur les élections législatives les risques que tous les électeurs ayant perdu leurs cartes se voient refuser de voter. L’ennui provient du coté de la loi. Elle définit la carte électorale comme l’unique moyen légal pour attester son inscription sur la liste électorale ; elle demeure la condition requise pour exercer son droit de vote. Une sanction qui va pénaliser beaucoup d’électeurs. Elle ne manquera pas de provoquer des remous et de créer des suspicions de toutes les natures. Déjà les mauvaises langues se délient et elles soupçonnent le gouvernement de triturer les listes d’émargements et d’organiser des élections à huit clos en déclinant l’offre européenne des observateurs. Face aux spéculations, loin de paniquer, l’USN adopte un profil responsable, en proposant dans son communiqué la création d’un cadre de dialogue qui permettrait aux parties de surmonter la peur de l’autre.

You can leave a response, or trackback from your own site.

Leave a Reply




Recent Comments

Conditions générales d\'utilisation: L’utilisateur s’engage à ne pas faire un usage commercial (reproduction, revente, publication, distribution ou transmission), ni de modification, adaptation ou déformation de tout ou partie du Contenu. L’utilisateur qui transmet, diffuse, publie, édite, met à disposition, partage ou divulgue quelque Contenu que ce soit, et quelles qu\'en soit les modalités, par l\'intermédiaire des services de la Communauté Djibouti77 ou non, garantit qu\'il est en droit de le faire et que les Contenus ne sont pas de nature, notamment, à violer le droit à l\'image, la vie privée des personnes ou les droits de propriété intellectuelle. Editorial Le site Djibouti77.com se pose en véritable défenseur de ce droit à l’information et il a pour objectif de constituer la porte voix des sans-voix. L’information en toute objectivité restera sa devise principale. Le respect de toutes les idées, le rejet de la censure pratiqué ailleurs vont être banni. Djibouti77 comme son nom l’indique entend contribuer à l’émergence du droit à l’expression qui jusqu’à ce jour est resté confisqué. Il vise à être aussi le site de la défense de l’intégrité morale et à ce titre convie ses collaborateurs à éviter la souillure, le dénigrement et les atteintes aux personnes qui restent malheureusement le fond de commerce des mercenaires de plumes et des sites en quête de sensations. Ensemble, djiboutiens et djiboutiennes, construisons ce site qui veut être la propriété populaire. C’est à ce prix que nous pouvons barrer la route en marchant de la désinformation. Tous vos articles, vos suggestions, vos rêves y trouveront le support approprié. A vos plumes. Contact: djibouti77@djibouti77.com

Recent Comments

Recent Posts